LE BIOGRAPHE

Qu’est-ce qu’un biographe ?

Le travail de biographe est une spécialité du métier d’écrivain public qui requiert un savoir-faire particulier et parfois difficile à appréhender.

A l’origine, l’écrivain public est une personne qui met sa maitrise de l’écrit, des règles grammaticales, d’orthographe et de syntaxe, au service de ceux qui éprouvent des difficultés à rédiger un courrier administratif, un récit, un discours ou encore une simple lettre. Il est un peu l’héritier des scribes égyptiens et des écrivains publics du Moyen Age.

Les ecclésiastiques, puis, à partir de la Révolution française, les instituteurs, ont en quelque sorte joué ce rôle auprès des populations, notamment dans les zones rurales.

Parallèlement, le métier évoluait. A partir du XVIIe siècle, des écrivains publics ont été sollicités par des familles fortunées pour rédiger des biographies de grandes familles. Plus tard, alors que l’école obligatoire de Jules Ferry aurait pu sonner le glas de la profession, l’écrivain public s’est peu à peu tourné vers l’écriture de biographies.

Médium de mémoire

Dans le tourbillon de la communication que nous vivons désormais, l’écrivain public/biographe apparait donc comme un médium de la mémoire. Il est là pour recueillir la parole et en assurer la transcription, afin de fixer les souvenirs et les organiser dans un récit. Autrement dit, il est celui qui écrit avec et pour autrui.

La biographie familiale s’est popularisée. Aujourd’hui, grâce aux grandes possibilités de l’impression numérique, des livres de qualité peuvent être obtenus à seulement quelques unités comme à des centaines d’exemplaires à des prix très accessibles.

Au regard de ces progrès technologiques, les obligations du biographe restent les mêmes. Son travail doit respecter un certain nombre de règles éthiques : la discrétion et la confidentialité, la confiance mutuelle et la fidélité, l’engagement à ne pas accepter de transcrire des propos diffamatoires ou à caractère injurieux.

Cependant, force est de constater que les démarches professionnelles sont inégales, car cette activité ne s’improvise pas. Elle est obligatoirement liée aux compétences multiples que réclame la tâche du biographe. Ce dernier doit faire preuve de qualité d’écoute, de compréhension et de talent de rédacteur. En somme, il doit être à la fois journaliste et écrivain.

Le métier s’est organisé. Il existe des réseaux de biographes privés qui maillent le territoire et partagent leurs pratiques. D’autres préfèrent rester autonomes dans leur organisation et leur communication. C’est dans cet éventail de propositions qu’il appartient à chacun de faire son choix.

Vies en pages